Langue et mimétisme : influence sur l’investissement immobilier à l’étranger

Je voudrais dans cet article vous parler de l’influence de la langue et du mimétisme sur votre comportement d’investisseur, recherche et choix d’investissement.

Quand vous voulez investir à l’étranger, il est préférable de maîtriser la langue du pays choisie. Bien sûr, passer par des intermédiaires francophones qui ont l’expérience et le réseau doit vous faciliter le processus.

Mais pouvoir communiquer dans la langue vous permettra de mieux comprendre et d’affiner au mieux votre sens critique et capacité d’analyse.

L’investissement immobilier n’est pas liquide. Autant, pour les actions, vous pouvez les revendre facilement et rapidement mais l’investissement immobilier, si il n’est pas à but spéculatif, prend du temps.

Du temps pour le choix de l’intermédiaire et de la région, du temps pour rentrer dans les frais d’acquisition, du temps pour voir son bien s’apprécier en valeur et son loyer augmenter, du temps pour réinvestir l’argent gagné, du temps pour le revendre, etc.

Investir à l’étranger implique par ailleurs la connaissance et compréhension d’une nouvelle culture, d’un nouveau contexte socio-économique, les lois et la fiscalité, la gestion et la transmission de patrimoine, les stratégies de sortie, etc. En clair, si vous ne respectez les règles, vous pouvez perdre de l’argent et avoir des ennuis avec la fiscalité ou la justice.

Maîtriser la langue vous permettra donc de suivre et de mieux gérer votre investissement à l’étranger.

Cela vous permettra de moins dépendre aussi de votre intermédiaire si vous passez par une agence francophone.

Comprendre le vocabulaire et le jargon est donc crucial si vous voulez préserver votre liberté et indépendance.

J’ai de la chance d’être bilingue et de beaucoup voyager. Communiquer en Anglais est un donc avantage indéniable.

Pouvoir se déplacer dans le pays étranger est également un atout car vous avez la liberté et la possibilité d’explorer les villes. Il ne suffit pas simplement de visiter les beaux quartiers d’une ville car chaque lieu d’investissement a ses avantages et ses inconvénients. Il faut les connaître pour mieux appréhender les risques et opportunités.

Mais alors quelle est le lien entre langage et mimétisme ?

 

Votre maîtrise de la langue étrangère va influencer votre implication dans l’investissement en plus de votre temps, budget et degré de motivation. Je détaillerais tout ceci dans le prochain article : pourquoi passer par un intermédiaire francophone ?

En effet, si la pratique de l’anglais est un point faible et que vous désirez investir à l’étranger, vous êtes donc obligés de passer par un intermédiaire francophone et de payer ces prestations certainement justifiées.

Etre obligé de passer par un intermédiaire francophone pourrait cependant vous limiter dans vos choix. Ce n’est pas parce qu’un blogueur français a investi à Birmingham que c’est forcément le meilleur choix ? Ce n’est pas parce qu’un intermédiaire français vend de l’immobilier à New-York que c’est forcément un investissement rentable et à votre portée !

Si l’anglais n’est pas un problème et si vous êtes aventureux ou avez du temps, vous pouvez aller solo comme moi. C’est la route la moins recommandée. Je vous expliquerais cela dans un autre article.

Si vous êtes allergique aux risques, alors un intermédiaire francophone est supposé vous conseiller.

La langue est donc le lien avec notre groupe de référence ou groupes d’investissement. Et les investisseurs français novices ou aguerris ont tendance à se réunir et partager leurs expériences ensemble. Ce qui est normal.

Car il faut partager l’information. C’est d’ailleurs le but de mon blog car je voudrais rassembler un grand nombre d’investisseurs francophones.

Notre groupe de référence est donc la francophonie. Ensuite il y a des petits groupes qui se dessinent selon les destinations. Dans le passé au gré des opportunités ou des modes, c’est le Maghreb qui avait la côte ou les logements Pierre et Vacances. Puis c’est l’exotisme comme la Thaïlande qui va attirer du monde. Aux USA, il y a des groupes qui visent  soit la côte ouest ou est, la Floride, Détroit, Las Vegas, Memphis, Birmingham et le plus spéculatif de toutes les régions le Dakota du nord !

Car les questions que l’on doit se poser constamment sont :

  • Ai-je effectué le bon choix d’investissement ?
  • Est ce que mon investissement va rapporter de l’argent ?
  • Est-ce que mon investissement est pérenne ?
  • N’achetons nous pas au plus haut des prix ?

Que l’on veuille ou non, nous sommes influencés par les autres. Nous sommes rassurés par les autres. Nous confortons nos choix et prises de décision parce que les autres l’ont fait.

Donc il faut se poser la question : les autres font-ils un bon choix d’investissement ? Est-ce encore le bon moment de faire comme eux ?

Loin de moi l’idée d’être un contrarien qui comme mode de pensée et de comportement a ses avantages et inconvénients.

Mais il faut rester vigilant et garder son sens critique.

Ce n’est pas parce que tout le monde investit dans une région ou un mode d’investissement, que c’est forcément un bon choix.

Ce n’est pas parce que tout le monde achète, que l’on paye au meilleur prix. L’illustration serait une bulle ou la spéculation. Ce sont les derniers arrivés qui vont payer cher leur engagement tardif !

Ce n’est pas parce que vous avez un cousin dans cette ville, que le choix d’y investir est judicieux !

Petit aparté, la manipulation et le comportement humain me fascinent. J’ai donc lu un certain d’articles et de livres à ce sujet. C’est le danger en autre du piège abscons … Je vous recommande aussi la  psychologie de la foule de Gustave Le bon. Très instructif !!!

Prenez par exemple, l’assurance-vie. Les taux ne rapportent plus rien et pourtant les gens persistent. Ou encore la défiscalisation ou les autres lois qui vous conduisent à investir dans des logements qui ne se louent pas !

Par ailleurs, je pense vraiment que certains projets immobiliers sont destinés qu’aux étrangers car nous sommes plus naïfs.

Par exemple, on me demande souvent pourquoi je ne veux pas investir à Détroit. En fait, j’ai failli le faire en passant et en écoutant naïvement un intermédiaire français. Heureusement que j’ai pris le temps d’analyser le marché. J’ai préféré ensuite orienter mon achat vers la Floride. Chose que je ne regrette pas.

Détroit et le Dakota du Nord sont pour moi des marchés immobiliers spéculatifs. Et d’ailleurs, quand j’écoute les podcasts et je lis la presse américaine et échange avec des américains, ces derniers n’investissent pas dans ces régions. Certes, on dit parfois qu’il faut acheter quand tout le monde vend mais les faits restent têtus.

Je pense que le marché immobilier de Détroit se nourrit grâce à l’afflux d’argent étranger. Les chinois par exemple achètent à tout de bras le Midwest car ce n’est pas cher comparé à leurs marchés locaux.  Détroit séduit les francophones car le prix d’acquisition est bas. Oui c’est tentant car vous pouvez achetez une maison à 30 000  euros.

Mais avez-vous bien  analysé les fondamentaux économiques et démographiques ? Détroit perd sa population. C ‘est d’ailleurs une des raisons de sa faillite.

En conclusion, voici les quelques conseils utiles :

Restez factuel dans vos analyses et choix ! Les fondamentaux socio-économiques, l’impact des risques naturels sont importants pour la viabilité de vos investissement.

Renseignez-vous toujours ! Éduquez-vous ! Vérifiez-toujours les informations principales qui vont conditionner vos choix !

Oui bien sûr, il faut écouter les autres. Oui bien sûr les expériences des autres sont utiles mais gardez-toujours votre sens du jugement.

Car l’investissement immobilier reste un choix personnel qu’il faudra assumer seul !

 

 

2 Comments

  • Emmanuelle

    Reply Reply 2017/05/17

    Bonjour,
    Je pense également qu’il est important de comprendre la langue employée dans le pays dans lequel l’on souhaite investir ! Comme tu le dis, cela nous évitera de dépendre uniquement de notre intermédiaire.

    • Capital Growth

      Reply Reply 2017/05/17

      Tout à fait. Il faut toujours essayer d’avoir le contrôle de ses investissements !

Leave A Response

* Denotes Required Field