Qui sont les investisseurs immobiliers aux USA ?

C’est la rentrée pour tout le monde ainsi que pour mon blog ! Reprise un peu dure mais nécessaire si nous voulons rester des investisseurs immobiliers informés !

Dans cet article, je voulais partager avec vous une étude intéressante  de 2015 qui a été publiée récemment en juillet 2017 sur le profil des investisseurs immobiliers aux USA.

 

Qui sont ces investisseurs ?

 

Ce sont les investisseurs institutionnels qui possèdent une part croissante des 22, 5 millions de biens locatifs aux USA. Ces derniers représentant 47,5 millions d’unités.

Note : une maison et un immeuble de 3 appartements représentent 4 unités. Les investisseurs immobiliers aux USA raisonnent en terme d’unités et non en biens.

Toujours selon l’étude, les investisseurs individuels représentaient le plus grand groupe du marché locatif américain en 2015 soit 74,4% (16,7 millions de biens locatifs), suivis des « limited liability partnerships » (LLPs),  des « Limited parternship » (LPs) et des « Limited liability companies » (LLCs) (14, 8%), ensuite les « trustees for estates » ( 4,1%) et enfin des organisations à but non lucratif (1,6%).

A noter que la part des biens locatifs appartenant aux investisseurs individuels (47,8%) tend à baisser avec la taille du bien ( ce qui est logique car l’effort financier devient trop lourd et le risque plus important d’où la nécessité de constituer une société d’investissement immobilière).

Les LLPs, LPs et LLCs représentent ainsi 33,2% du marché de l’investissement immobilier aux USA.  Le reste est partagé ensuite par des trustees for estates (3,3%), des real estate corporations (3,3 %) et des organisations à but non lucratif (3,2 %). Voir le détail de la répartition ci-dessous.

 

 

 

Même si les investisseurs individuels (appelés aux USA  » mom-and-pop ») continuent de posséder les 3/4 des biens locatifs en maisons individuelles en 2015, la part investie par les investisseurs institutionnels a augmenté de 17,3% en 2001 à 24,5% e 2015. Cependant, durant cette période, un grand nombre de propriétaires-bailleurs ont créés leur propre LLCs pour se protéger des poursuites judiciaires et aussi s’offrir un abri fiscal.

Le graphe ci-dessous montre l’évolution durant des périodes bien précises. De manière générale, les investisseurs institutionnels ont acheté 16% des biens locatifs entre 1980 et 2004. Cette part a considérablement augmenté après la crise de 2008. En effet, le taux est passé à 28% entre 2010 et 2012. Et à 49,3% entre 2013 et 2015. Ce changement est plus prononcé pour les propriétés de un à quatre unités comparé à ceux de plus de 5 unités (appelés aux USA, des biens dits multifamily).



 

Ces études sur le marché immobilier aux USA sont intéressantes car elles montrent l’impact que peut avoir le profil des investisseurs sur la disponibilité des biens immobiliers, leur prix, leur rendement, la stabilité du marché locatif ou l’entretien des biens. Les USA sont un pays de locataires et depuis la crise immobilière de 2008, beaucoup d’américains sont devenus malgré eux des locataires. Les conditions économiques, le prix des biens, l’accessibilité aux prêts, la démographie influencent aussi  les parts entre propriétaires occupants et propriétaires-bailleurs aux USA.

Le logement est un besoin primaire. Acheter ou louer, ce sont les deux faces d’une seule pièce. Si une partie de la population ne peut pas acheter leur logement, ils devront forcément louer ou recevoir des aides au logement ( section 8 ). Les investisseurs immobiliers trouvent du rendement dans l’immobilier même si le risque locatif existe. Ce dernier est cependant minime comparé en France car les évictions sont plus simples, efficaces et rapides. Comme vous le voyez, investir dans l’immobilier aux USA est accessible pour tous. La question est pour combien de temps encore ?

Leave A Response

* Denotes Required Field