De la chute du pétrole à l’excès de liquidité, quand la déflation encourage l’endettement de tous

Nous vivons une période macro-économique vraiment intéressante. Les Etats s’endettent pour relancer les économies qui ont dû mal à redécoller et qui sont sous la menace de la déflation. L’impression monétaire a créé beaucoup de liquidité car les Etats ont besoin de l’inflation pour justifier leur endettement. Et comme les taux d’intérêt baissent, les investisseurs sont à l’affût de rendement de plus en plus risqué.

De plus, la baisse des cours du pétrole que nous observons depuis 6 mois secoue les économies et régions productrices. Le boom énergétique américain serait donc bientôt écourté plus tôt influençant l’immobilier à moyen terme. Une pause obligée après 5 ans de croissance. Donc après l’or jaune, c’est autour de  l’or noir de souffrir. Les automobilistes sont contents car le passage à la pompe reviendra moins cher. La production de biens manufacturés doit aussi coûter moins cher maintenant car les dérivés de pétrole constituent un ingrédient principal.

 

1020118_1418586409_1020117-1418586040-shalemap-lg_565x434p

 

Les conditions macro économiques influencent grandement l’immobilier. Et ce n’est pas la première fois que le crash des cours pétroliers affectent le développement des micro-économies et par conséquent l’immobilier. Par exemple au Canada et dans la région d’Alberta  ou aux USA dans l’Etat du Texas, Alaska, Oklahoma ou le Nouveau Mexique. Les hedges funds ont également abondamment investi dans le gaz de schiste propulsant le boom immobilier du Dakota du nord à des sommets historiques. Nombreux sont les investisseurs ou les spéculateurs à avoir jeter leur dévolu  sur cette région.

 

Oil-price_map_Dec_2014_14184261715613-300x300-noup

 

Car si l’exploitation pétrolière n’est plus rentable, les sociétés vont réduire leur voilure. Et si les gens perdent leur emploi, ils ne chercheront plus à se loger ou à louer. Puisqu’un forage fait vivre 135 personnes directement ou indirectement, on comprend donc mieux l’impact de la chute de pétrole.

 

iqrZIgrulx8M

 

La loi de l’offre et de la demande reste implacable. Et si l’équilibre n’est plus respectée, les crash se produisent mettant fin aux spéculations malsaines.

C’est pour cela que les cycles économiques sont intéressants à suivre pour les investisseurs. Et qu’il faut faire attention aux économies trop dépendantes d’une seule richesse ou ressource. Comme le fut Détroit  et l’automobile.

A Houston par exemple, les premiers licenciements ont commencé et les agents immobiliers prédisent une baisse de plus de 10% de l’immobilier.

Leave A Response

* Denotes Required Field