Comment visiter les quartiers des villes américaines pour mieux investir en immobilier ?

Chaque investisseur peut choisir d’investir dans son pays d’origine ou d’investir à l’international. Investir dans l’immobilier ouvre la porte à tant d’opportunités. C’est le paradoxe du choix.

A chaque étape de l’investissement immobilier, ce sont pourtant les mêmes bases  qui se redessinent avec des critères de sélection.

L’un d’entre elles concerne les quartiers sélectionnés. Comment les visiter et les choisir ?

Car nous désirons tous la même chose, américain ou français : un endroit calme et sûr pour vivre, un endroit facile d’accès avec aux alentours un choix d’infrastructures et d’activités, etc, etc.

Aux USA, la plupart des investisseurs immobiliers vise les grandes villes. Les Etats se résument donc souvent aux grandes métropoles. Pour la Californie, ce sont Los Angeles ou San Francisco qui viennent à l’esprit. Sur la côte est, ce sont New York ou Miami.

Pour les moins argentés ou les plus futés, ce sont des villes intermédiaires qui sont privilégiés. Car acheter ou louer revient moins cher.

En plus des critères démographiques ou économiques, il faut prêter donc attention à la qualité des quartiers et des communautés de chaque ville. Et pour cet article, nous allons de nouveau nous concentrer sur les USA.

Que cela soit en ville ou en banlieue, les besoins sont similaires même si le mode de vie peut être différent. Nous avons tous besoin d’un travail et d’un toit sous notre tête. Mais avant tout, c’est la qualité de vie qui est recherchée. Elle a souvent un prix.

 

Quels sont donc les  5 critères de sélection  d’un voisinage américain que vous devez savoir en tant qu’investisseur immobilier ?

 

  • Critère de dynamisme

Ceci concerne le développement de la ville, l »aménagement des quartiers, la rénovation des rues ou immeubles, l’entretien des infrastructures, le développement des moyens de transport.

Les Américains vivent plutôt en banlieue. Ils privilégient donc l’accès et à la qualité des transports routiers. Car la voiture est roi là-bas.

Il y des tendances nouvelles qui indiquent que la génération des Milleniums cherchent plutôt à vivre en ville, plus proche de leurs lieux de travail. La ville redevient attractive et les quartiers sont dîts mixed used par exemple. Il s’agit d’un ensemble d’activités commerciales, des lieux de sortie et d’activités avec des logements.

Le développement des lieux d’habitation et de vie attire les gens et favorise donc la demande en locataires ou en acquéreurs.

Soyez informés grâce aux journaux, aux rapports des villes, les mouvements des investisseurs institutionnels ou privés. Des villes entières ou des quartiers peuvent renaître.

L’argent investi dans le développement urbain favorise ainsi  les emplois et la consommation.

 

  • Un environnement favorable pour la vie en famille

 

La plupart des familles recherche des quartiers sûrs, des infrastructures de qualité, la qualité des écoles. les parcs, les garderies, les lieux d’activité.

Les américains recherchent la sécurité et hésitent pas à consulter des sites et bases de données où sont listés les crimes et les criminels. Chose impensable en France.

Voici quelques exemples de sites publics : www.crimemapping.com, www.nsopw.gov 

 

  • Accès aux activités physiques

 

L’américain moyen ou Huppie veut faire du sport. Les sportifs seront donc attentifs aux pistes cyclables, les sentiers de randonnée, les salles de gym, le nombre d’espaces verts, les plans d’eau, etc.

 

  • Accès aux infrastructures

 

Tous les jours, nous devons nous nourrir, dépenser, réparer, améliorer l’existence quotidienne. Nous prêtons donc attention à la proximité des hôpitaux, des hypermarchés, des centres commerciaux, des lieux de travail ou éducatifs.

 

  • Culture et activités sociales

 

Les américains sont enfin beaucoup impliqués dans une vie communautaire avec toutes les activités sociales ou des activités de groupe.

Les lieux de vie attirent donc différents profils démographiques que cela soit des retraités, des familles ou des jeunes.

Par exemple, les jeunes seont attirés par les amusements nocturnes.  Les retraités seront attirés par des activités seniors ou des casinos.

Même à l’étranger, les ressortissants d’un pays se retrouvent ensemble. C’est un besoin humain de retrouver ces semblables. Avec ces quartiers chinois, latino, français ou italiens, les grandes villes américaines sont à l’image de la nation cosmopolite.

 

En conclusion, connaître les quartiers américains quand vous êtes un étranger est extrêmement difficile car vous n’y habitez pas sur place. Et deux quartiers voisins d’une seule ville peuvent avoir des profils démographiques bien différents. C’est pour cela que se faire conseiller et acheter à travers des réseaux de professionnels est important.

Rien de pire d’acheter à distance quand vous ne connaissez pas le marché. Cela revient à décider en aveugle. Acheter un bien immobilier physique n’est pas liquide. C’est un actif qui prend du temps pour s’apprécier en valeur et qui doit se revendre au bon moment. C’est pourquoi la qualité de l’emplacement est stratégique.

 

2 Comments

  • Viala

    Reply Reply 2015/08/11

    Article complet qui évoque de nombreux points sur l’investissement immobilier aux USA. On peut clairement ajouter aux critères de choix d’un bien la cotation des écoles du quartier. Inexistante en France elle est capitale aux yeux des américains pour choisir de vivre dans un quartier précis.

  • Jean

    Reply Reply 2015/09/07

    Bonjour,

    Analyse pertinente. Finalement, en immobilier, quand on a fait le tour des nuances indispensables à chaque situation, on en revient aux fondamentaux: L’emplacement, l’emplacement, l’emplacement!

Leave A Response

* Denotes Required Field